dlpdsound

dlpdsound

modèle de construction de maison écologique

Avant-Projet de construction de maison définitif avec cotation complète (modèles possiblement réalisé par des artisans en construction de maison ou entreprises de n), comprenant la perspective avec environnement paysagé, les 4 façades de la maison avec cotes de hauteur des pignons et altimétries, le plan de rez-de-chaussée coté avec implantation des sanitaires, la coupe technique cotée (avec niveaux).

 

Ce modèle de construction, sur sous-sol partiel, avec un porche sur l'entrée de 7m2, comporte en RDC un salon-séjour de 28m2 avec cuisine ouverte de 10,5m2.

 

En partie nuit se trouvent 2 chambres de 11m2 avec placards, une salle de bains de 5,7m2 et un WC indépendant, le tout desservi par un dégagement.

 

A l'étage se trouve 2 chambres de 11m2 et 10m2, une salle d'eau de 4m2 avec wc intégré. Le sous-sol comporte un garage de 32m2.

 

Ce modèle est totalement personnalisable (changement de la pente de toit selon les régions, volets roulants, modénatures autour des baies ou aux angles du pavillon, corniches en débord de toiture, etc...)

 


10/01/2018
0 Poster un commentaire

Ecologie : Ma maison écologique

Je vais vous parler de maison écologique, et pas n'importe laquelle puisqu'il s'agit de celle que je suis en train d'essayer de construire. Parce que c'est bien de philosopher sur la protection de l'environnement et le développement durable mais c'est quand même mieux de passer à l'action et de mettre les mains dans le mortier.

 

Et là, on se rend compte que ce n'est pas simple et que malgré toute notre bonne volonté, on est obligé de faire des compromis.

Ce qu'il est important de savoir, c'est qu'une maison écolo, ça se conçoit dès la réalisation des plans : il faut tenir compte de la disposition de la maison par rapport au terrain, orienter plutôt les fenêtres côté sud - où l'on reçoit plus de chaleur du soleil, alors que le nord, lui, prend plutôt le vent et l'ouest, la pluie, et qu'ils doivent donc être préservés des ouvertures.

 

Ensuite évidemment, il y a le choix des matériaux. Personnellement, j'ai opté pour la brique dite "Monomur", qui est vraiment intéressante car c'est un produit sain en terre cuite, avec plein d'alvéoles, qui évite d'avoir à poser un isolant sur les murs. Ça coûte plus cher que l'agglo de base, mais au bout du compte, puisqu'on ne rajoute pas d'isolant, on s'y retrouve.

Pour l'isolant, j'ai choisi de la plume de canard : c'est assez nouveau, mais finalement nos ancêtres se réchauffaient dans leur lit à l'aide de duvet, et l'idée m'a paru intéressante. C'est assez rigolo à poser, ça ne sent pas très bon, mais cette odeur s'estompe vite.

J'ai hésité avec la laine de mouton, qui m'a paru plus compliquée à poser, et les panneaux de chanvre, qui étaient un peu plus cher. De toute façon, il faut négocier les prix, sinon, ça peut faire très mal au porte-monnaie.

 

Pour isoler le sol, j'ai choisi du liège. L'avantage est que c'est aussi un matériau très sain, et comme je pose un plancher chauffant, avec des petites agrafes en plastique, les gaines du chauffage sont très faciles à poser.

Pour les peintures, je prends des peintures sans solvant. Je vous rappelle juste que l'air d'une maison est souvent plus pollué que l'air extérieur, du fait des matériaux utilisés pour la construction.

 

Enfin, il y a l'appareillage : chauffage au gaz, eau chaude solaire, récupération des eaux de pluie... mais ce sera l'objet d'une prochaine chronique.

 

 


05/06/2017
0 Poster un commentaire